ORdI&ORbI n'Web...

Accueil

Blog

10 km de Lille 2009, quelques statistiques

Jamais deux sans trois, je présente donc quelques statistiques sur le 10 km de Lille, comme pour les deux éditions précédentes (2007 et 2008).

Cette édition s'est courue sous un temps idéal, pas trop chaud et un peu venté, somme toute juste un peu plus frais que lors des deux éditions précédentes.

Les participants

La répartition par age et sexe des participants

La croissance forte du nombre de participants se poursuit puisque l'on a encore un peu plus de 10% d'augmentation pour atteindre les 3933 classés.

Cette augmentation a profité de manière égale aux deux sexes de sorte que la proportion de femme se stabilise à 26% de l'effectif.

La répartition par age reste à peu prés la même d'une édition à l'autre. La proportion de seniors hommes augmente toutefois un peu pour passer à 56% des hommes (contre 54% en 2008).

Les temps

Comme pour les deux éditions précédentes, j'ai généré des graphiques de la répartition des temps réels. J'ai dû exclure cette année, 7 temps réels manifestement aberrants.

Les temps des femmes

Graphique du temps des femmes par tranches de 5 minutes

La répartition des temps confirme celle de l'an dernier. Cependant on constate étonnamment une moyenne des femmes abaissée de 47 secondes. Je doute cependant que ceci traduise la réalité, c'est plutôt le résultat de l'imprécision des données de l'an dernier.

L'augmentation du nombre de coureuses ne profite pas aux très bons temps puisque l'on a toujours à peu près le même nombre de femmes capables de passer sous la barre des 45 minutes : 24 cette année contre 27 l'an dernier.

Temps moyen par catégorie femmes
CatégorieEffectifMoyenne
Cadettes1054:28
Juniors2658:35
Espoirs4956:51
Seniors63659:36
Vétéran 122560:21
Vétéran 27960:47
Vétéran 31659:36
Toutes catégories femmes104159:39
Les temps des hommes

Graphique du temps des hommes par tranches de 5 minutes

La moyenne des temps des hommes s'est abaissée de 27 secondes, passant à 51,09 soit à peu près la même moyenne qu'il y a 3 ans (51,10). Mais comme dit précedemment, ceci est sans doute dû au mauvaises données publiées l'an dernier.

Les juniors étonnent par leur moyenne de 46,40 (48,51 en 2007, et 49,34 en 2008). Il faut dire que 8 d'entre eux on fait moins de 40 minutes cette année.

Temps moyen par catégorie hommes
CatégorieEffectifMoyenne
Cadets4649:30
Juniors6446:40
Espoirs15749:08
Seniors162250:27
Vétéran 163052:12
Vétéran 229654:07
Vétéran 36154:03
Vétéran 4964:43
Toutes catégories Hommes288551:09

Des cours ou conférences à voir sur Internet pour comprendre l'énergie et le climat

En ces temps où l'on va discuter du Grenelle de l'environnement à l'Assemblé Nationale, nos députés seraient bien inspirés de regarder les cours données à l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris par Jean-Marc Jancovici.

Si on n'a pas le temps pour les 7 modules de 2h accompagnés des supports de cours en PDFs, on peut toujours choisir de regarder une des conférences que le même auteur a données aux "Semaines Sociales de France", ou devant les cadres de SPIE, ou encore à l'Ecole de Physique et Chimie Industrielle de la Ville de Paris.

Tout est sur Internet avec les liens donnés sur le site de Jean-Marc Jancovici.

10km de Lille, édition 2008, quelques statistiques

Les participants

Cette édition a été marquée par un nombre record de participants : avec 3549 classés, soit 461 de plus que l'année précédente (14% d'augmentation).

graphique répartition participant par sexe

Cette augmentation a surtout profité aux femmes, qui étaient 28% de plus que l'année précédente tandis que les hommes n'étaient que 9% de plus. On assiste donc à un léger rééquilibrage en faveur des femmes, qui comptent maintenant pour un bon quart de l'effectif.

Les temps

Comme pour l'édition précédente, j'ai généré des graphiques de la répartition des temps réels. J'ai remarqué cependant des aberrations dans les données publiées par l'organisateur. Ceux-ci font ainsi état pour une trentaine de coureurs de temps réels supérieurs aux temps officiels, cela se produit surtout dans la 56 ème minute. Une bonne centaine de coureurs ont aussi un temps réel égal à leur temps officiel, ce qui ne peut se concevoir que pour la dizaines de coureurs qui ont pris le départ juste derrière la ligne.

Les temps des femmes

La répartition des temps confirme celle de l'an dernier. L'augmentation du nombre de coureuses, se reparti à peu prés sur tous les temps. A un degré quand même deux fois moindre sur les très bons temps : 27 coureuses sont sous les 45 minutes en 2008 contre 24 en 2007.

Temps moyen par catégories femmes
CatégorieEffectifMoyenne
Cadettes259:22
Juniors2057:12
Espoirs5860:38
Seniors54960:06
Vétéran 120960:44
Vétéran 28062:15
Vétéran 31363:52
Toutes categories femmes93160:27
Les temps des hommes

L'augmentation du nombre de coureurs par rapport à l'an dernier vient surtout grossir la partie lente du peloton, puisqu'on a une augmentation de 17% du nombre de coureurs au dessus des 50 minutes contre +3% pour les coureurs en dessous.

Temps moyen par catégorie hommes
CatégorieEffectifMoyenne
Cadets2149:42
Juniors5549:34
Espoirs12249:20
Seniors143950:45
Vétéran 158652:20
Vétéran 230954:13
Vétéran 38056:00
Vétéran 4664:08
Toutes categories Hommes261851:36

10km de Lille : quelques statistiques

Ayant participé à la course à pieds des 10km de Lille, il m'intéressaît d'avoir quelques points de repères sur les performances des participants. La découverte de la commande linux awk qui permet de réaliser des traitements sur des fichiers de texte, m'a donné l'occasion de réaliser quelques statistiques. j'ai utilisé le fichier de résultats disponible sur le site officiel de la course, que j'ai converti en fichier texte.

Je me suis intéressé essentiellement à la répartition des personnes par tranche de temps. Il m'a paru plus juste d'utiliser les temps réels, c'est à dire le temps de chaque participant mesuré entre son franchissement du portique de départ et celui d'arrivé, et non le temps officiel qui compte à partir du top départ. J'ai constaté que 15 des temps réels étaient manifestement éronnés, et les ai écartés. Mon étude sur les temps a donc porté sur 3073 personnes.

Les participants

Au total 3088 participants ont été classés.

Diagramme de la répartition par catégories

On comptait un peu moins d'une femme pour trois hommes. La catégorie la plus représentée sont les seniors. C'est sans doute dans cette tranche d'âge que l'on trouve proportionnellement à la population le plus de coureurs. Chez les hommes, les vétérans 1 sont également bien représentés, tandis qu'un fléchissement net apparaît chez les vétérans 2. Chez les femmes, le fléchissement apparaît dés la catégorie des vétérans 1, et s'accentue encore pour les vétérans 2.

On peut donc dire que le public est principalement composé d'hommes de 17 à 50 ans tandis que le public féminin plus restreint est un peu plus jeune.

Les temps des femmes

L'étude porte sur 720 femmes.

Diagramme du nombre de coureurs femmes par tranche de temps

Le meilleurs temps est de 34m13s (34m15s en temps officiel).
La moyenne des femmes est de 59m47s.
Les femmes juniors réalisant 59m14s, les espoirs : 60m47s, les seniors : 59m42s, les vétérans 1 : 58m29s, les vétérans 2 : 61m27s et les vétérans 3 : 62m05s

Les temps des hommes

L'étude porte sur 2353 hommes.

Diagramme du nombre de coureurs hommes par tranche de temps

Le meilleurs temps est de 29m16s (29m18s en temps officiel).
La moyenne des hommes est de 51m10s.
Les juniors réalisant 48m51s, les espoirs : 48m41s, les seniors : 50m29s, les vétéran 1 : 51m26s, les vétérans 2 : 54m09s, les vétérans 3 : 54m51 et les vétérans 4 : 62m49s.

"Le plein s'il vous plaît ! La solution au problème de l'énergie"

Livre "Le plein s'il vous plait"Multiplier par quatre la TIPP. Brute de pomme (ou plutôt de pétrole), cette proposition paraît folle ! Mais au bout des 185 pages de ce livre, vous direz peut-être "mais c'est bien sûr !". Car l'argumentation y est bien construite, sans aucun jargon et avec un brin d'humour.

Alors, les auteurs tous deux polytechniciens : Jean-Marc Jancovici, ingénieur-conseil et Alain Grandjean économiste sont-il seulement de joyeux drilles ou ont-ils de serieux motifs et arguments ?

Tout d'abord, il convient de préciser qu'il sagit de taxer tous les combustibles fossiles et que l'augmentation se ferait progressivement sur 15 ans.

Ce n'est donc pas si fou, mais avant de dire oui vous voulez encore quelques explications ?

Et bien, nous avons deux sérieux problèmes : l'épuisement des ressources fossiles d'énergie qui pourrait occasionner de graves désordres, du type crise de 29 dans 15, 20 ou 25 ans, et le réchauffement climatique qui, à plus long terme, pourrait alléger notre planète de quelques milliards d'hommes sans pour autant qu'ils soient partis sur Mars ! Si on arrivait à faire face, pour un temps, au manque de pétrole par la liquéfaction du charbon se serait pour que les générations suivantes tombent mieux dans le piège du changement climatique. Actuellement, ni Kyoto, ni les progrés techniques ou les renouvelables ne sont à la hauteur des enjeux.

Les gains d'efficacité énergétique, par exemple, ne sont pas efficaces tels quels. Parce qu'on consomme toujours plus de biens et de services, et même si ceux ci ont beau devenir super économe à l'unité, la consommation globale d'énergie augmente toujours. Est battu en brèche aussi l'idée qu'il suffirait d'une bonne campagne d'information pour que les gens adoptent tout un coup un comportement eco-responsable. En fait seuls 1 ou 2% des gens informés adoptent une telle attitude. Finalement, la seule façon réaliste de faire baisser la consommation d'energie fossile est l'augmentation progressive et volontaire des prix de ces combustibles. Somme toute, du bon sens !

Alors vous n'êtes pas convaincu ? Vous avez des objections ? Lisez donc ce petit bouquin, et faites-vous une opinion.

Edit 08/04/2007 :

Aprés m'être davantage documenté sur le sujet, je m'interroge sur les chiffres fournis dans un tableau sur les réserves de pétroles p 32. D'après ce tableau, en l'an 2000, les réserves prouvées et additionnelles en moyenne des estimations étaient de 219 milliards de tonnes, ce qui mutiplié par 7,33 donne 1678 milliards de barrils. Alors que L'IEA (International Energy Agency) dans sa publication outlook 2006, p 94, cite l'USGS (United State Geological Survey) qui estimait qu'il restait à extraire 2618 milliards de barrils. Il est vrai que deux pages plus loin, "Le plein s'il vous plaît" précise que les estimations varient d'un facteur 2. Mais alors pourquoi ne pas avoir donné une fourchette de chiffres dans ce tableau ?

"Le plein s'il vous plaît, la solution au problème de l'énergie" est paru aux editions Seuil en avril 2006.

Gabarit en CSS à 3 colonnes : que choisir ?

Nous recherchons un gabarit en 3 colonnes avec entête et pied de page. Comme sur le présent site, nous voulons une colonne centrale pour le contenu et deux colonnes latérales pour contenir les menus. Le gabarit (code HTML et feuille CSS) doit pouvoir s'adapter à des tailles de contenu variables sans que nous ayons besoin de toucher au code. Nous désirons pouvoir l'utiliser aussi bien pour une mise en page fixe que pour une mise en page fluide. Enfin nous désirons aussi avoir des colonne de couleurs differentes. Le tout devant être cross-browsers IE6+ - Firefox.

Nous allons rechercher sur le web les gabarits qui pourraient nous intéresser et les décliner en reprenant la présentation de ce site.

Lire la suite

J'ai restauré ma machine de Newcomen

C'est bien connu, la mécanique, ça grippe, ça rouille et ça ne fonctionne plus. Avec du code informatique, on pourrait se croire à l'abri d'une telle infortune, et bien non !

Il y a bien longtemps, fin 1997, les browsers de version 4 introduisaient le dynamic HTML. L'idée m'avait pris de faire une machine de Newcomen virtuelle interactive avec du DHTML. J'eu quelques mals pour la faire fonctionner aussi bien sur IE 4 que sur Netscape 4 (il faut dire qu'a l'époque les éditeurs de browsers avaient voulu devancer les standards et faire du DHTML chacun à leur façon !). Une fois réalisée, j'oublié ma machine dans un coin du cyberespace.

Et puis voila qu'au détour d'une recherche sur internet je retombe sur ma machine. Mais paf ! elle ne fonctionne plus ! Le javascript, le DHTML ont comme rouillés ! Alors voila j'ai restauré ma machine, mis en guise de sparadrap, du JavaScript tout neuf conforme avec le DOM. Et voila, elle revit ! Donc pour la première fois sur vos nouveaux browsers, Mesdames et Messieurs, la machine de Newcomen.

"Les limites de la la planète, Mythes de la nature et de la population" Livre d'Hervé le Bras (paru en 1994)

Ce livre écrit par un démographe s'attaque au thème de la surpopulation. Son but est de montrer que l'augmentation de la population est bien loin d'être la cause de problème écologique. Il démonte les théories, les chiffres qu'avancent des scientifiques pour la plupart biologistes qui sont sortis de leur domaine de compétence pour aborder les problèmes de la planète.

Lire la suite

"L'air et la ville" livre de William Dab et d'Isabelle Roussel

Qu'est qui caractérise le milieu urbain par rapport à la pollution de l'air ? Quels sont les polluants ? Quels sont leurs impacts sur la santé ? Comment les études épidémiologiques parviennent à cerner ces impacts ? Comment mesure t-on la pollution ? et enfin comment parvenir à un air de qualité ? Tels sont les différents thèmes abordés par ce livre co-signé par un médecin épidémiologiste (1) et par un professeur de l'université de Lille-I (2). Je résume ici les idées que j'ai retenues chapitre par chapitre :

Lire la suite

Le bug de la double marge

Lors de la précédente mis à jour de ma feuille de style, dans IE6 PC mon site se présentait de la façon suivante :

La seule différence de structure avec ma feuille de style précédente était le passage de mes bords de mon contenu principal réalisés en "border" à "margin". ( Opération motivée par le fait que les borders posaient des problèmes d'accessibilité pour les gens surfant en noir & blanc, merci aux bonnes pratiques d'opquast qui m'ont fait découvrir ce problème ).

Donc j'avais :

#content {
 position:relative;
 float:left;
 width:459px;
 border-style:solid;
 border-width: 0 151px 0 150px;
 background-color:white;
 margin:0;
}

et je suis passé à :

#content {
 float:left;
 width:459px;
 border:0
 padding:0;
 margin: 0 151px 0 150px;
 background-color:white;
}

En examinant le rendu, on avait l'impression que le contenu principal gardait une bonne position centrée à l'écran mais que l'entête et le pied de page se décentraient. Je me demandais bien comment mon bloc "content" pouvait influencer la position de ces éléments. Un examen plus attentif montrait en fait que c'était les marges de mon contenu principal qui doublaient de tailles. Bon sang ! me dis-je, mais c'est bien sûr, c'est le fameux double margin bug, et je me précipite sur position is everything qui non seulement explique ce bug mais donne la solution pour le résoudre.

Le bug de la double marge se manifeste quand on met un bloc positionné en float dans un conteneur. Les marges de ce bloc apparaissent doublées.

La solution est très simple mais pour le moins inattendue, il suffit de rajouter un "display:inline;" dans le style du bloc, comme ceci :

content {
 display: inline;/* IE double margin fix.*/
 float:left;
 width:459px;
 border:0
 padding:0;
 margin: 0 151px 0 150px;
 background-color:white;
}

Le bien, c'est que les autres navigateurs conformes au standards devraient ignorer la valeur du display:inline, si on a un float:left. Donc pas besoin de cacher aux autres navigateurs ce truc. Autre bénéfice, cela résoud aussi un autre bug d'IE : le "text indent bug".

Merci donc à Steve Clason qui a découvert la solution et à Position is Eveything de l'avoir publiée.

Le choc des couleurs

Les menus de mon site sont passés d'une combinaison orange et mauve à du gris clair. Quel choc ! N'est-il pas ? Comment en suis-je arrivé là ?

Quand j'avais choisi l'orange et le mauve, je n'avais pas encore intégré le blog à mon site. Mon souhait d'alors était de bien marquer la différence entre les deux menus : le gauche pour l'informatique, et le droit pour le reste. Je n'avais pas envie de faire un site triste non plus, du coup j'y allais joyeusement et je choisissais des couleurs quasi complémentaires. Après avoir bien tâtonné je n'étais pas peu fier de l'harmonie de couleurs trouvée et du coté tape à l'oeil de mon site.

Mais peu à peu, je remarquais que les autres blogs étaient beaucoup plus sobres. Passer par exemple du Standblog à mon site causait un choc chromatique certain en ma défaveur (et j'arrête bien sûr là la comparaison de mon modeste blog à celui de Tristant Nitot).

Mais plus encore qu'une question de goût, mes couleurs ne s'harmonisaient plus du tout au contenu de mon site. Les grandes plages de couleurs orange et mauve de part et d'autre des articles en gênaient la lecture et n'étaient pas propice à la concentration. Quand il n'y avait encore principalement que mes liens favoris sur le site cela pouvait passer. L'importance que conféraient les plages de couleurs aux menus était justifiée par les faits que les textes étaient brefs à lire et que l'internaute devait avoir naturellement recourt aux menus. Mais pour le blog, les menus ne servent plus à rien, seul l'article est important.

Donc voilà, des menus sobres en gris s'imposaient pour le plus grand confort j'espère de mes lecteurs.

Bien sûr, je me rends compte que mon blog, fait encore "pièce rajoutée" dans mon site. Les menus du blogs ne devraient pas tous être rejetés en bas. J'ai encore du boulot.

Le design au service de l'utilisateur, c'est justement le thème d'un excellent article d'Adam Greenfield traduit sur pompage.net.

"L'avenir Climatique, quel temps ferons-nous ?" de Jean-Marc JANCOVICI

Après avoir lu "Mal de terre" d'Hubert Reeves, l'envie m'a pris d'en savoir plus, sur un des principaux problèmes auquel nous allons être confronté : celui de l'effet de serre. C'est pourquoi, j'ai lu "L'avenir climatique" de Jean-Marc Jancovici. Ce dernier est polytechnicien, ingénieur-conseil expert en énergie auprès de grandes entreprises ou de l'Etat. Donc à priori pas le genre écolo baba-cool. C'est avec un peu d'appréhension sur le niveau de ce bouquin que j'en décidais l'achat. Mais ce bouquin s'est révélé remarquablement didactique et très facile à lire compte tenu du sujet. On a vraiment l'impression d'une démonstration. L'auteur s'attachant à peser le pour et le contre des hypothèses sur le changement climatique, à montrer comment et par qui elles sont élaborées, sur quelles données elles sont fondées. Il montre la complexité du phénomène. Et ce qu'il en ressort n'est malheureusement pas rassurant. J'avais espéré qu'Hubert Reeves forçait un peu le trait. Mais Jancovici enfonce le clou. Il est probable que les prédictions sur le réchauffement se vérifient même si elles sont encore entachés de beaucoup d'incertitudes et d'un manque de précision. Malheureusement, on ne peut attendre une franche confirmation de celles-ci, avant de prendre les mesures nécessaires. L'inertie des phénomènes qui concourent à l'effet de serre est telle qu'il serait alors trop tard.

Non content d'avoir montré toute la non durabilité de notre développement, l'auteur passe en revue les solutions pour réduire les gaz à effet de serre. Et la aussi avec rigueur, passant en revue les éoliennes, l'énergie solaire, le biocarburant, l'énergie nucléaire (méfiance sur ce dernier point, en raison du statut de polytechnicien de Jancovici, voir mon edit d'avril 2005 ci-dessous), il nous convainc qu'il n'y a d'autre solution que de vivre dans un monde beaucoup plus économe en énergie : La fin de la mobilité généralisée et de la consommation à tout va.

Sur le site internet de Jean-Marc Jancovici, on peut retrouver, parfois actualisé, l'ensemble des textes du bouquin accompagnés de nombreux ajouts.

"L'avenir climatique" est paru en 2002 aux éditions du Seuil dans la collection Science ouverte, 284p.

Mon avis

Nous avons donc deux grands problèmes : De graves problèmes climatiques engendrant de graves désordres mondiaux pourront survenir d'ici un siècle. Et d'un autre coté les hydrocarbures et le gaz nous sont comptés à une échéance de 40 à 60 ans.

Nous n'avons aujourd'hui aucune solution de remplacement pour produire de façon durable toute l'énergie qui nous est donnée par les combustibles fossiles.

Ces deux menaces, pénurie d'énergie pour nous et nos enfants, et catastrophe climatique pour nous ou nos petits enfants ? devraient nous convaincre de réorienter nos mode de vie vers un monde beaucoup plus économe en énergie. Ce monde serait-il plus désagréable pour autant ? En tout cas beaucoup moins que celui dans lequel nous ou nos enfants pourraient avoir à vivre si nous n'anticipons sur rien.

Edit - 24 Avril 2005

Je me méfie toutefois de ce peut dire Jancovici sur le nucléaire, car étant polytechnicien, il a sans doute, humainement, une certaine affinité avec la technocratie qui a promu l'énergie nucléaire. Je préfére sur ce point ce que nous dit Hubert Reeves dans son livre "Mal de Terre". Cet ajout à mon billet est motivé par l'exemple de l'amiante : un article du journal "Le Monde" du 23 avril "Amiante, vingt-cinq ans d'intox" explique comment on a pu manipuler des gens de bonne fois, afin de retarder l'interdiction de l'amiante.

"Mal de Terre" le bilan d'Hubert Reeves sur le futur proche de notre planète

Hubert Reeves, Astrophysicien, connu du grand public pour ces ouvrages sur l'histoire du cosmos, nous fait part, interrogé par Frédéric Lenoir, de ses préoccupations sur le futur proche de notre planète. Ce livre fourmille de données et nous offre la vision de ce scientifique sur les grands problèmes écologiques que nous aurons à affronter. Je me risque ici à en faire un petit compte rendu.

Lire la suite

Il est temps que j'aide le mangeur de cigogne

Juste un petit lien pour aider mon mangeur de cigogne favori.

Un nouveau style pour mon site

Il y a 4 mois, j'avais refait mon site en utilisant les technologies standards du web. A quoi ça sert ? Et bien un élément de réponse vous est donné si vous sélectionnez le style "menu horizontal" dans la boîte de sélection en haut à droite...

Si vous m'avez suivi, vous constaterez qu'à part les couleurs (que j'ai gardé pour des raisons d'identité visuel de mon site) la présentation de ma page a complètement changé. Voila ça sert, entre autre, à ça de faire un site avec les standards : séparer autant que faire se peut la présentation du contenu. Plus d'infos sur les standards.

Si vous avez un navigateur conforme aux standards CSS2 vous pourrez donc voir des menus déroulants. Si vous avez Internet Explorer, il vous faudra patienter avant que je ne rajoute le code supplémentaire nécessaire.

A moins que vous ne vous laissiez séduire par le navigateur Firefox qui en plus vous offrira une navigation par onglets qui quand-on a-essayé-on-ne-peut-plus-s'-en-passer : get firefox

Menu du site

essai essai